La longue histoire de l’espadrille

L'histoire de l'espadrille

Début du XIIIème siècle : le roi d’Aragon vient au secours des Cathares occitans dans la croisade des Albigeois ; ses fantassins sont chaussés d’espadrilles, comme déjà leurs ancêtres des siècles précédents.

Début du XIXème siècle : quelques siècles plus tard, aux pieds des paysans pyrénéens toujours les mêmes « chaussures » fabriquées à la maison ou chez un artisan du village, au fur et à mesure des besoins. La tradition s’est gardée sans interruption, apparemment rien n’a changé. Pourtant l’Europe évolue et la France est en train de changer. La Révolution industrielle a commencé : puits de mine et usines surgissent dans le Nord de l’Europe, provoquant la naissance de tout un monde d’ouvriers.

L’histoire alors s’accélère : à Mauléon, une ancienne famille d’épiciers du nom de Béguerie se lance dans la vente d’espadrilles en grandes quantités (ce sont d’excellentes chaussures de travail, souples et peu coûteuses) et collecte les paquets d’espadrilles faites à la main à domicile. Mais le Nord industriel demande de plus en plus d’articles chaussants : les campagnes souletines n’y suffisent pas.

Fin du XIXème siècle : Mauléon, avec cinquante ans de décalage s’industrialise à son tour ; on fabriquera désormais les espadrilles en usine, en ville, avec l’aide toujours plus importante des machines, elles-mêmes toujours plus performantes. Mauléon grandit, s’enrichit d’une bourgeoisie aisée et d’un monde ouvrier où Basques et Espagnols mêlent leurs vies et leurs misères. D’article de travail, l’espadrille devient rapidement article de loisirs, article international.

Années 80 : Mauléon souffre de la crise des industries traditionnelles ; chômage et départs expliquent sa torpeur. Dans les industries de l’espadrille, il ne reste qu’une seule entreprise d’importance : Etchandy. Mais un homme d’affaires américain astucieux à réussi à photographier le président Reagan, espadrilles Etchandy de cuir aux pieds ; l’espadrille souletine n’a pas encore fait son dernier pas !

Années 2000 : Après plus de 30 ans de crise, l’espadrille effectue un retour en grâce. Les mentalités changent : les gens veulent consommer local, durable et écolo. Le « made in China » et le tout « plastique » ne font plus recette. L’espadrille, chaussure 100% naturelle et fabriquée en Europe, profite de cette tendance.

Voici, évoquée en quelques lignes, l’histoire de l’espadrille : elle a marqué et marque toujours la destinée de Mauléon, et l’économie de la chaussure en France et en Espagne. Chaque famille se souvient d’avoir vécu de l’espadrille, et avant que les derniers témoins de « l’âge héroïque » disparaissent, nous voulons chez Espaldea, à travers ce blog, partager la fierté de posséder un patrimoine industriel et social tout à fait original.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>